List News    News

Le Conseil des ministres approuve un programme économique et social à court terme

Published the:  01/04/2011

| Share

1er avril 2011 - TAP - Le Conseil des ministres du gouvernement provisoire a tenu, vendredi, au siège du gouvernement à la Kasbah, une réunion sous la présidence de M. Foued Mebazaa, président de la République par intérim.
La réunion a été consacrée à l'examen d'un projet de décret-loi relatif aux mesures fiscales et financières de soutien à l'économie nationale, a indiqué M. Taieb Baccouche, porte-parole officiel du Conseil des ministres.
Le Conseil des ministres a, également, examiné un projet de décret-loi relatif aux mesures conjoncturelles de soutien aux entreprises commerciales, de services et d'artisanat afin qu'elles poursuivent leurs activités.
Le Conseil des ministres a, d'autre part, examiné un décret-loi relatif aux mesures conjoncturelles de soutien aux travailleurs du secteur agricole et de la pêche afin de leur permettre de poursuivre leurs activités.
M. Taieb Baccouche a indiqué que ces projets visent à soutenir le projet économique et social à court terme du gouvernement provisoire, projet fondé sur une nouvelle approche économique et sociale, à la lumière des nouvelles perspectives ouvertes par la révolution tunisienne.
Il a ajouté que cette approche tient compte du fait que l'économie nationale passe par une phase sensible, marquée par une baisse de l'activité économique et une pression accentué sur les finances publiques, en dépit de la stabilisation du rythme des exportations.
Il a relevé que "ces difficultés ne représentent rien en comparaison avec les sacrifices des martyrs de la révolution", mettant l'accent sur la nécessité pour toutes les parties de faire face à cette situation conjoncturelle "afin d'empêcher les incidences néfastes qui pourraient toucher des centaines de milliers de salariés".
Le porte-parole du Conseil des ministres a précisé que ce nouveau programme économique et social du gouvernement provisoire comprend quatre volets principaux: "l'emploi", "le développement régional", "un plan de dynamisation de l'économie et de révision du budget de l'Etat" et "les aides sociales".
Il a annoncé que le gouvernement a décidé au cours de cette séance de réviser le budget de l'Etat et la Loi des finances pour l'année 2011 avant la fin du mois de mai prochain, dans le sens d'une redistribution importante des fonds au profit des régions et des zones prioritaires.
En matière d'emploi, le conseil a adopté un programme exceptionnel de recrutement dans la fonction publique et les établissements administratifs, comprenant près de 20 mille postes d'emploi, parallèlement à un plan de dynamisation économique comprenant des mesures financières et fiscales pour soutenir les entreprises et les promoteurs dans tous les secteurs, afin de créer 20 mille nouveaux postes d'emploi.
L'Etat multipliera, par ailleurs, ses interventions pour l'encadrement des chômeurs par le biais des stages et de la formation et l'octroi d'aides à 200 mille bénéficiaires.
S'agissant du volet du développement régional, M. Taieb Baccouche a indiqué qu'il a été décidé de restructurer de manière catégorique le budget de l'Etat en vue d'engager un effort exceptionnel en faveur des régions, à travers l'amélioration des conditions de vie des citoyens, l'amélioration des équipements collectifs et de l'infrastructure de base et le suivi des projets d'investissement.
Il a fait observer, à ce propos, qu'il a été décidé d'allouer les fonds budgétaires nécessaires aux autorités régionales afin qu'elles puissent impulser les mécanismes de l'emploi et les aides sociales et prendre les dispositions nécessaires en vue de reprendre la réalisation des projets publics et privés bloqués, actuellement, au niveau des régions, à cause de l'absence des conditions de sécurité requises.
Il a ajouté que les conseils régionaux seront dissous et remplacés par des représentations spécifiques englobant les composantes de la société civile et les compétences régionales.
Au sujet des aides sociales, le programme du gouvernement prévoit le renforcement des aides destinées aux familles démunies dans le sens de la couverture de toutes les familles sous le seuil de la pauvreté et l'octroi d'aides aux Tunisiens de retour de Libye.
Le programme préconise le démarrage des négociations sociales afin de répondre aux attentes légitimes des salariés tout en préservant la compétitivité des entreprises.
Le porte-parole officiel du conseil des ministres a indiqué que le programme du gouvernement repose sur une nouvelle conception de la politique économique et sociale, fondée sur l'interaction positive entre l'Etat, d'une part, et le citoyen, le patronat et la société civile, d'autre part.
Le gouvernement lance, à cette occasion, a-t-il dit, un appel sincère au peuple tunisien au travail et à redoubler d'effort, relevant que le soutien de la révolution, la réalisation de ses objectifs et l'encadrement de la transition démocratique passe inéluctablement par la préservation de l'économie nationale.
La révolution, a t-il précisé, ne signifie nullement l'anarchie, soulignant que les révolutions qui ont échoué à travers l'histoire ont eu un tel sort parce qu'elles étaient livrées à la surenchère et à l'anarchie, qui aboutit à l'effondrement des économies.
M. Baccouche a ajouté que le gouvernement provisoire mise sur la conscience du peuple tunisien qui a atteint un degré de maturité propre à le prémunir contre ces dangers afin qu'il concrétise les objectifs de la révolution et devienne un modèle pour les autres peuples.
M. Baccouche a indiqué, en conclusion, que chaque membre du gouvernement provisoire est tenu à compter d'aujourd'hui à présenter les détails du programme afférent à son département dans le cadre d'un calendrier préétabli.
Le gouvernement a, d'autre part, décidé de mettre à la disposition de tous les partis politiques toutes les informations économiques et sociales dont elle dispose afin que les partis parviennent à élaborer, en connaissance de cause, leurs programmes.